0

BG_fondujpg
footerpng

ACCUEIL  /  ACTUALITÉS  /  PRESSE  /  NEWSLETTER  /  CONTACT  /  PARTENAIRES

SCROLLgif

Leur culture est l’une des plus anciennes de l'Extrême Orient. Leur fêtes et leurs chants animistes reflètent un sentiment de gratitude envers la nature, une sorte d’écologisme universel. Si sa pratique fut longtemps interdite, sa famille maternelle a pu lui transmettre ces traditions millénaires. Aujourd’hui, elle se consacre elle aussi à la transmission de ce savoir et enseigne aux enfants la danse, la couture, les savoirs-faire, comme celui du Tonoto, un saké préparé en secret par les femmes d’âge mûr et réservé aux hommes lors des rituels des ancêtres, les Kamuy. Ce qu’elle défend, c’est une culture dénuée de tout folklore.

“La culture n’est pas à vendre.”

Les Aïnous vouent un culte aux esprits (les kamuy) de la nature et des animaux. L’esprit de l’ours est le plus important : il est le maître des montagnes et le gardien des animaux.

Pendant des siècles, une cérémonie lui était dédiée : Iyomante. C’était un rituel religieux qui remerciait humblement l'esprit de l'ours pour ses sacrifices et garantissait le succès des chasseurs. Interdite durant la période d'assimilation forcée japonaise, la cérémonie se faisait clandestinement jusqu’au milieu du XXe siècle, avant de devenir une attraction touristique russe et japonaise. Les Aïnous décidèrent alors d'abandonner cette tradition. 

En 1931, l’anthropologue écossais Neil Gordon Munro vit avec les aïnous dans le village de Nibutani sur l'île d'Hokkaido. Il filme alors cette cérémonie où l’on y retrouve les éléments clefs de la culture aïnoue, comme le Tonoto, cette boisson sacrée et les danses.

 

 

 

 

Encore aujourd'hui les aïnous ont le sentiment d'être dépossédés de leur culture. En 2020, les Jeux Olympiques auront lieu à Tokyo. La cérémonie d’ouverture prévoit des démonstrations de danses folkloriques aïnoues. Une reconnaissance de façade dans un pays où les Aïnous ne sont toujours pas considérés comme des Japonais à part entière.

“Les femmes dansent (…) pour les esprits, pour les dieux.”

“Je souhaiterais que nous ne soyons plus une minorité au sein de la nation japonaise.”

Transformations socioculturelles des Aïnous du Japon : rapports de pouvoir, violence et résistance aborigène à Hokkaidô, Lucien Clercq

 

 

Un voyage chez les Ainous: Hokkaïdo 1938, André Leroi-Gourhan, Arlette Leroi-Gourhan, Editions Albin Michel

Étude ethnographique, très imagée, sous forme de carnet de voyage en terre aïnoue

Aïnous à Yezo, François-Constant Girel (1897)

François-Constant Girel, employé par les frères Lumière, a tourné les premiers films sur le Japon à la fin du XIXème siècle.

Pour voir le film : 

https://www.youtube.com/watch?v=tchR4rPo3rI

 

The Ainu Bear Ceremony, Neil Gordon Munro (1931), The Royal Anthropological Institute.

Le docteur Neil Gordon Munro est l'un des premiers anthropologues à étudier les Aïnous. En 1931, il filme la cérémonie de l'ours dans le village de Nibutani sur l'île d'Hokkaido.

L’ARCHIVE : LE RITUEL DE L’OURS DES AÏNOUS

POUR EN SAVOIR PLUS

LA CULTURE AÏNOUE EN HÉRITAGE

Une quête de la vérité sur la route des larmes

 

C'est à l’hôtel Bonaventure de Montréal qu'ont eu lieu les premières auditions de la commission d’enquête. Fanny Wylde retrouve Cheryl, de la communauté Mohawk, sidérée par le désintérêt de la police pour la recherche de sa sœur après le signalement de sa disparition. Carleen, mère de trois enfants, sera retrouvée par hasard par un chasseur, sept semaines plus tard, à deux kilomètres de chez elle. Morte. Elle s'est suicidée. Cheryl s’interroge encore sur une forme de racisme, l’apathie politique et l’indifférence des médias qui font passer ces crimes pour de simple faits divers. Pour Cheryl et pour toutes les autres familles de victimes, la commission d’enquête offre une lueur d’espoir et de justice.

TÉMOIGNAGE DE SEIKO,

80 ANS DE DISCRIMINATION

Avant de pouvoir être fière de ses origines, Seiko s’est sentie étrangère sur sa propre terre. Elle fut victime de préjugés tenaces : “ils ne sont pas japonais, ils sont poilus alors que les japonais sont imberbes”. Les brimades ont commencé dès l’âge de 4 ans, lorsque les enfants lui jetaient des pierres au visage lui interdisant même de parler le japonais. S’ensuivit l’engrenage de la discrimination. Faute d’instruction, ses moyens d’existence sont précaires, elle bascule dans la pauvreté et se sent doublement discriminée. 

 

À près de 80 ans, elle est seule. Ses enfants sont partis à Tokyo en quête d’un avenir meilleur, et elle espère finir ses jours dans la paix et la quiétude.

“Le sang de mes ancêtres coule en moi et j’ai envie de crier que je suis une vraie Aïnoue d'Hokkaido.”

Dates

Chiffres :

Films :

Livre :

Thèse :

QUE C'EST DUR D'ÊTRE AÏNOUS

Shoko est née dans un village, et fut préservée de toute discrimination.

Ce n’est qu’à l’âge de 10 ans, en fréquentant une école principalement wajin (japonais) qu’elle découvre sa différence auprès de ses camarades et dans les manuels scolaires. Les Ainous sont représentés comme des primitifs et des malpropres tuant des ours pour les dévorer. C’est un choc.

S’ensuivent brimades et discriminations. Jusqu’à l’âge de trente ans, elle intériorise ces injustices. Elle se marie à un homme wajin et cache même ses origines à ses enfants pour les protéger des discriminations et des violences de la société. Ses enfants devenus indépendants, elle décide alors de faire son coming out et d’assumer pleinement son identité aïnoue. Elle devient une militante active au sein de l’association culturelle Utari (frère) puis crée une association destinée à recueillir des fonds pour les personnes âgées et les femmes seules. Depuis 2008, elle participe à toutes les marches pour l’obtention des droits autochtones. 

“J’ai fait mon coming out à l’âge de 30 ans.”

Ils seraient originaires du peuple Jômon proto-mongoloïde et leur civilisation daterait de 1300 ans av JC. Longtemps, ils ont vécu de la pêche et de la chasse avec leur langue, leur religion et leurs coutumes.

Mais sous l’ère Meiji (1868-1912) les Aïnous subissent une violente assimilation qui les contraint à abandonner leurs territoires, leurs droits de pêche, leur dialecte, leurs noms et leur culture. 

Sédentarisés de force par le pouvoir colonial, ils se voient alors dépouillés de leur identité par la «loi sur les anciens aborigènes de Hokkaido» adoptée en 1899.

Il faudra attendre les années 1970 pour que les Aïnous commencent à faire entendre leur voix. En 1997, une loi de promotion de la culture aïnoue est adoptée par le gouvernement et le 6 juin 2008 le Japon reconnaît officiellement les Aïnous comme un véritable peuple autochtone. Aujourd’hui, ils sont toujours victimes de fortes discriminations sociales, économiques et ethniques, à un tel point qu’une grande partie d’entre eux préfère taire ses origines. Mais leur culture est devenue officiellement la fierté du pays et une attraction touristique.

“J’aimerais vous dire que je suis fière d’être Aïnoue.”

L'HÉRITIÈRE D’UNE CULTURE

OUBLIÉE

NOMBRE DE AÏNOU

OFFICIELLEMENT RESCENCÉS À HOKKAIDO 

TAUX DE SCOLARISATION DES AÏNOUS AU LYCÉE

DES AÏNOUS GAGNENT MOINS 

DE 3,5 MILLIONS DE YEN

(27 000 €), ALORS QUE LA MOYENNE RÉGIONALE EST SITUÉE À

4,2 MILLIONS DE YEN

POPULATION

À HOKKAIDO

L'ÎLE D' HOKKAIDO

EST ANNEXÉE ET OFFICIELLEMENT

COLONISÉE PAR LES JAPONAIS

MANIFESTATION

CONTRE LES 100 ANS DE LA COLONISATION JAPONAISE

 

LES AÏNOUS SONT CONSIDÉRÉS COMME DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES

ET SONT EXPOSÉS LORS D'EXPOSITIONS INTERNATIONALES

1ERE FOIS QUE LA COUR DE JUSTICE RECONNAÎT

LE CARACTÈRE AUTOCHTONE DES AÏNOUS

CRÉATION DE L'ASSOCIATION DE HOKKAIDO UTARI KYODAI

QUI DEVIENDRA L'HOKKAIDO UTARI KYODAI

LE PARLEMENT JAPONAIS RECONNAÎT L'EXISTENCE DU PEUPLE AUTOCHTONE AÏNOU ET PROMET D'AMÉLIORER SES CONDITIONS DE VIE

DE AÏNOUS SONT

DE RACE PURE

LES AUTRES SONT

MÉTISSÉS

DES AÏNOUS

NE TERMINENT PAS LEURS

ÉTUDES SECONDAIRES

%

,7 %

1868

1968

1930

6 JUIN 2008

XX

EME

SIÈCLE

1997

%

,6

%

VOIR LE PORTRAIT DE SHOKO

VOIR LE PORTRAIT DE SHOKO

LA CULTURE AÏNOUE EN HÉRITAGE

LA CULTURE AÏNOUE EN HÉRITAGE

SEIKO, 80 ANS DE DISCRIMINATION

SEIKO, 80 ANS DE DISCRIMINATION

L'ARCHIVE

L'ARCHIVE

TITRE-symbole-quebec copy

TOKUDA      SHOKO

Sous_menu-Open copy
BT-partage
TITRE-symbole-quebec

TOKUDA      SHÔKO

MENU _BT_menu-Open
SEPARATEUR_MENU_TSsvg

L'ARCHIVE

CRÉDITS

SEIKO, 80 ANS DE DISCRIMINATION

CULTURE AÏNOUE EN HÉRITAGE

EN SAVOIR PLUS

LE PORTRAIT

LE SUJET

btn_close_quebec
LOGO-fa-black copy
footerpng

ACCUEIL  /  ACTUALITÉS  /  PRESSE  /  NEWSLETTER  /  CONTACT  /  PARTENAIRES